mercredi 5 décembre 2007

Programme du séminaire de recherche SEDET/INALCO

Séminaire de recherche SEDET/INALCO : « Histoire et sociétés des Suds »
« La fabrique des savoirs dans les sociétés des Suds »
– 1er semestre 2008 –



Responsables : Séverine Awenengo (SEDET-CEMAF), Daouda Gary-Tounkara (SEDET), Didier Nativel (SEDET), Pascale Barthélémy (ENS-LSH/LARHRA) et Jean-Luc Martineau (INALCO-SEDET).

Lieu : INALCO, 2 rue de Lille, Salon ou salle 221, Métro Saint Germain des Prés.


Ce séminaire se propose de réfléchir à la construction, à la diffusion et à la réception des savoirs dans les pays du Sud sur la longue durée. Les savoirs sont définis comme un ensemble de connaissances, élaborées à différentes échelles, pour autant que le processus d’élaboration/diffusion ait un impact politique et/ou social dans les sociétés concernées. Le savoir est appréhendé comme un capital et dans la mesure où il est perçu, transmis et réapproprié comme tel par les acteurs. Cette première série d’échanges est amenée à se prolonger en 2008-2009.


Jeudi 10 janvier 2008 - 14h-16h – Introduction
Coordinateur et discutant : Didier Nativel et Jean-François Klein
- La fabrique des savoirs dans les sociétés des Suds : mise en perspective.
- Dorothée Rihal (SEDET) : L’écriture de l’histoire locale en Chine : les sources pour l’histoire d’une concession européenne en Chine.

Jeudi 7 février – 14h-16h – Le savoir en mouvement : rôle des migrants et des minorités.
Coordinateur : Daouda Gary-Tounkara
- Daouda Gary-Tounkara (SEDET et CEMAF) : Les migrants de l’AOF, des médiateurs politiques et culturels.
- Ludovic Gandelot (SEDET) : Savoirs des marchands indiens de l’Océan Indien et de l'Afrique de l’Est.
- Franck Raimbault (CEMAF) : Minorités indiennes à Dar es Salam fin XIXe-début XXe siècle.

Jeudi 20 mars – 14-16h – Campagnes et villes : localiser les savoirs

Coordinatrice : Séverine Awenengo
- Didier Nativel (SEDET) : Les savoirs architecturaux : entre ville et campagne. Le cas de l'Imerina (Madagascar) au XIXe siècle.
- Aurélia Michel (SEDET) : Savoir local, pratiques notariales et régulation foncière : les écritures d'achats-ventes de terres dans la communauté de Juchitan, Mexique, 1930-1980.
- Odile Journet (EPHE-CEMAF) : À propos de la transmission des savoirs rituels en pays jamaat (Jóola de Guinée-Bissau).


Jeudi 10 avril – 14h-16h – salle 221 - Savoir, mémoire, patrimoine
Coordinateur : Jean-Luc Martineau
- Sabine Gagnier (SEDET) : Patrimoine commun de l'humanité : histoire juridique, politique et critique d'un concept porteur du Bien commun ?
- Jean-Luc Martineau (INALCO-SEDET) : Patrimoine religieux, mémoire et histoire dans l’espace yoruba : l’Unesco à Osogbo (Nigeria).

Jeudi 15 mai – 14h-16h – Savoirs et contrôle social
Coordinatrice : Pascale Barthélémy
- Céline Badiane-Labrune (SEDET) : Savoirs scolaires et stratégies éducatives en Casamance: quand les parents choisissent l'école de leurs enfants (Période coloniale).
- Cécile Van den Avenne (ENS-LSH) : Quelle langue pour les tirailleurs sénégalais ? Sabir ou français standard. La politique linguistique au sein de l'armée coloniale (1914-1960).

Jeudi 12 juin – 14h-16h – Savoirs et politique
Coordinatrice : Séverine Awenengo
- Céline Pauthier (SEDET) : La mise en récit de l'unité nationale dans la chanson guinéenne (1945-2006).
- Sarah Mohammed-Gaillard (INALCO) : Histoire et discours politiques en Nouvelle-Calédonie.
- Xavier Audrain (CRPS-Paris I) : Savoirs religieux et mobilisation politique des jeunes au Sénégal. L’exemple du Mouvement mondial pour l'unicité de Dieu – Parti pour la vérité et le développement.

Lancement de l'IVHEET

L'Institut interdisciplinaire virtuel des hautes études sur les esclavages et les traites ou IVHEET vient d'être lancé.
En voici une brève présentation :

"L’Institut repose sur la collaboration de chercheurs et d’institutions internationales autour des questions d’esclavages et de traites abordées de façon multidisciplinaire. Il s’intéresse tant à l’histoire qu’aux productions contemporaines de ces faits historiques. L’institut a deux objectifs principaux :
• d’une part, sur une plate-forme virtuelle, la formation à la recherche de jeunes chercheurs préparant un mémoire de master (M1 ou M2) ou une thèse de doctorat. L’Institut favorise la discussion régulière de leurs travaux mis sur le blog commun par les chercheurs seniors du réseau.
• d’autre part, L’institut coordonne l’organisation par les réseaux affiliés des sessions de formation dénommées "universités d’hivernage " ou « université d’été » selon le lieu où elles se déroulent autour d’un thème défini par le comité de pilotage appuyé d’un comité régional. Elles constituent des lieux de rencontre ponctuelle entre les participants au réseau. Les jeunes chercheurs qui y participeront seront choisis par le comité de pilotage en fonction de la régularité de leurs activités et de leur implication durant l’année
."

"Présidents africains" de Didier Awadi


Le concert donné le 14 octobre au Bataclan visait à présenter un projet né il y a quelques années. Didier Awadi, représentant important du Hip hop venu du Sénégal, avait alors parcouru une partie de l'Afrique (y compris Madagascar) en quête d'artistes désireux de mêler leurs voix à celles de leurs premiers présidents. L'opération visait moins à commémorer les indépendances que d'appeler à un (r)éveil des consciences. Historiens, nous ne pouvons que louer cette initiative politique et esthétique d'appropriation. Au fil du temps, le contenu donné à l'expression "présidents africains" s'est élargi. Car, à côté de chefs de l'Etat à proprement parler (de Modibo Keita à Mandela, mais sans Senghor...), Awadi s'est aussi intéressé à des figures incontournables d'intellectuels africains ou de la diaspora (Cheikh Anta Diop, Malcom X, Martin Luther King, Aimé Césaire). Les choix effectués n'évitent pas toujours le fourre-tout consensuel (afrocentristes, contestaires, nationalistes, altermondialistes peuvent se retrouver à travers les politiques, les penseurs évoqués ou les propos tenus) ou tournent parfois à un inquiétant culte des grands hommes - que la scénographie adoptée amplifie certainement (en réaction, des sifflets se font entendre quand apparaissent des images de Sékou Touré). Malgré ces réserves, notons qu'Awadi, se montre convaincant et cohérent quand, au milieu de musiciens venus d'Afrique francophone (entre autres : Tata Pound, Freddy Massamba, Smokey) et anglophone (Maji Maji, Skwatta Kamp), il n'a plus à proclamer mais à fêter (et nous avec lui) le slogan : "Africa unite". La scène demeurant le lieu magique où l'utopie peut s'incarner.

dimanche 25 novembre 2007

Conférence d'Olivier Vallée sur le Franc CFA au CERI


Olivier Vallée interviendra sur le thème : "Le Franc CFA: géologie d’une monnaie post-coloniale"

dans le séminaire du Groupe de recherche « Sociologie historique de l’économique »
Responsable scientifique : Béatrice Hibou

le Jeudi 29 novembre 2007
15 h – 18 h
Salle du Conseil – 4ème étage
56 rue Jacob – 75006 Paris

Séminaire "limites du politique, politiques des limites"


Ecole des Hautes études en Sciences Sociales : 96, boulevard Raspail, 75006 Paris, salle M. et D. Lombard,2e et 4e lundis du mois, 13-15 heures.
Limites du politique, Politiques des limites
Séminaire collectif 2007-2008
Michel Agier, directeur d’études EHESS, Jean-François Bayart, directeur de recherches CNRS, Rémy Bazenguissa-Ganga, maître de conférences Lille 1, Romain Bertrand, directeur de recherches FNSP, Christine Deslaurier, chargée de recherches IRD, Vincent Foucher, chargé de recherches CNRS, Béatrice Hibou, chargée de recherches CNRS, Jean-Pierre Warnier, professeur émérite Paris 5, Clemens Zobel, maître de conférences Paris 8
Ce séminaire pluridisciplinaire, rassemblant des chercheurs de diverses équipes, s’intéressera aux processus de délimitation du politique, et de mise en forme politique des contextes de frontière ou d’entre deux. Dans une perspective comparative, l’accent sera mis sur l’articulation entre les modes d’action publique et les modes d’action privée, et sur la recomposition du champ politique qui en découle, tant à l’échelle locale ou nationale que globale. Atelier ouvert de réflexion, chaque séance sera un débat dont les termes seront introduits par de courtes interventions.
- 26 novembre 2007. Guerres électorales. Coordination: Rémy Bazenguissa-Ganga.
- 10 décembre 2007. L’usage politique des Droits de l’Homme. Coordination: Michel Agier et Romain Bertrand.
- 14 janvier 2008. Situations thermidoriennes. Coordination: Jean-François Bayart.
- 28 janvier 2008. Expertise et limite de l’action politique.Coordination: Romain Bertrand.
- 11 février 2008. Politique de l’autochtonie. Coordination: Jean-Pierre Warnier.
- 25 février 2008. Passages de la frontière. Déplacements, emplacements. Coordination: Michel Agier.
- 10 mars 2008. Frontières d’empire: les chiffres et les cartes de la raison coloniale. Coordination: Jean-François Bayart et Romain Bertrand.
- 31 mars 2008. De l’Empire à la nation. Coordination: Jean-François Bayart et Romain Bertrand.
- 14 avril 2008. Économie politique du chiffre. Coordination: Béatrice Hibou.
- 26 mai 2008. Chiffres et victimes. Coordination: Béatrice Hibou et Christine Deslaurier.
- 9 juin 2008. Les enfants sorciers. Coordination: Jean-François Bayart et Jean-Pierre Warnier.

mercredi 14 novembre 2007

L'université du Mali et l'IRD organisent un atelier de travail sur les migrations maliennes à Bamako en mars 2008

Atelier de travail : « Actualité de la recherche sur les migrations maliennes »
Faculté des lettres, arts et sciences humaines (FLASH)/Institut de recherches pour le développement (IRD)
Bamako, mars 2008
L’objectif de ces journées de travail est de rassembler des chercheurs ayant travaillé sur le sujet, Maliens et non Maliens, en poste et doctorants, afin d’élaborer un premier état des lieux de la connaissance scientifique sur les migrations maliennes.
L’atelier de travail vise d’une part à valoriser les recherches effectuées au Mali concernant les migrations, dans toutes leurs dimensions (internes et internationales), d’autre part à identifier les axes de recherches prospectives et systématiques dans ce domaine.
Les recherches sur les mouvements migratoires s’organisent autour de trois grandes directions :
1) Un premier champs concerne les migrations internes au Mali, du milieu rural au milieu urbain comme d’un milieu rural à un autre. Les approches régionales qui sont au centre de ces travaux conduisent souvent à observer les stratégies d’un groupe (régional ou ethnique) particulier dans sa migration et son appropriation de certaines niches d’emploi, urbaines ou agricoles.
2) Un autre approche porte sur les migrations intra-africaines, soit pendulaires (travail agricole, commerce) soit portant sur l’historique de la migration vers tel pays, soit encore s’intéressant à la transformation de migrations saisonnière en migrations d’installation. Un certain nombre de travaux a ainsi traité des Maliens du Ghana, de Côte d’Ivoire, du Congo… entre autres.
3) Enfin, un dernier domaine concerne les migrations internationales de longue distance, dont les migrations vers la France ; certains travaux de chercheurs ou d’étudiants se sont, dans cet esprit, interessés aux questions concernant le codéveloppement.
Ces trois grandes directions seront explorées dans le cadre de l’atelier de travail, à partir de présentations de travaux récents. L’atelier est organisé en quatre temps :
1) une première présentation fera un premier état des lieux de la documentation disponible à Bamako et une typologie des travaux de recherche sur les migrations.
2) après cette typologie, la présentation et la discussion de quelques-unes des recherches récentes couvrant cette typologie.
3) Une session jeunes chercheurs permettra l’exposé de quelques travaux en cours sur ces problématiques.
4) Enfin, l’atelier visera d’une part à identifier les zones d’ombre non couvertes par cette typologie, qui pourraient faire l’objet de recherches ultérieures, d’autre part à formuler des pistes de problématisation pour engager une synthèse plus systématique.
Il est demandé un texte de présentation de l’intervention proposée (trois quarts de page, outre les indications bibliographiques, sur support électronique et au format RTF), indiquant les coordonnées, le statut et l’établissement de ratachement. Les textes devront arriver auprès du comité scientifique avant le 15 novembre. La sélection des communications retenues sera faite pour la fin novembre et les intervenants seront alors invités à faire parvenir leur communication pour le 31 janvier 2008.
Comité scientifique
Salif Berthé, doyen de la FLASH, président, Isaïe Dougnon (FLASH), Bréhima Kassibo (Institut des sciences humaines, ISH), Christophe Daum (IRD)
Contacts: christophe.daum@ird.fr, isaiedougnon@yahoo.fr

dimanche 11 novembre 2007

Colloque sur "Colonisations et répressions XIXe -XXe siècles" organisé par le SEDET

Laboratoire SEDET – UMR CNRS 7135
Université Paris Diderot-Paris 7
Lieu du colloque :
Salle des Thèses – 2ème étage
Immeuble Montréal – 103 rue de Tolbiac / 59 rue Nationale
75013 PARIS


Jeudi 15 novembre 2007
13h30 - Accueil

14h00 – 18h30
Introduction : Chantal Chanson-Jabeur et Faranirina Rajaonah

1) Les expressions de la répression brutale :
Rapporteur : D. HEMERY
• T. Rakotondrabe (Univ. Toamasina) : Les insurgés face aux militaires dans le district de Brickaville (Est de Madagascar) en 1947
• Catherine Coquery-Vidrovitch (Sedet) (contribution écrite) : Violence coloniale en AEF : Les "scandales du Congo" et ses suites
• Maher Charif (IFPO Damas) : Comment les Autorités du mandat britannique ont étouffé la révolte de 1936-1939 en Palestine
• Jean Martin (Univ.Lille) : La répression des mouvements de résistance aux Comores (1856-1891)
• Benjamin Stora (Sedet/Inalco) : D’une répression à l’autre, le Nord Constantinois en 1945 et 1955
• Ouarda Siari-Tengour (Université de Constantine) : L’affaire Sidi Ali Bounab, septembre 1949 • Clotilde Jacquelard (Université d’Orléans) : Une explosion xénophobe, le massacre des chinois de Manille par les Espagnols en 1603
• Andreas Eckert (Univ. de Berlin) : Un système colonial exceptionnellement répressif ? Violence, répressions et l’Etat dans les colonies allemandes
Discussion et débats

2) Les instruments de la répression ordinaire :
A – Camps et internements :
Rapporteur : I. THIOUB
• Sylvie Thénaut (Centre d’Histoire Sociale du XX° siècle) : L’internement pendant la guerre d’Algérie
• Daniel Hémery (Sedet) : Poulo Condore l’archipel inversé
• Habib Belaid (ISHMN Tunis) : La prison civile de Tunis à l’époque coloniale : politique pénitentiaire et résistance (1906-1956)
• Omar Carlier (Sedet) : Le camp d’internement de Djenien Bouerezg dans l’Algérie de Vichy (1940-1943), lieu de répression et école de formation politique
• Alain Rouaud (Sedet) : Le bagne d’Obock entre mer et désert
Discussion et débats

Consulter ici le programme complet des trois journées

Présentation de livres sur l'esclavage


Lundi 12 novembre 14h-17h (salle 107, 9 rue Malher, Paris 4e M° Saint Paul)
Contact : medard@univ-paris1.fr

Les politiques de l’esclavage et de l’abolition en Afrique
Perspectives historiques et contemporaines
Autour de trois ouvrages récents


Président de séance : Thomas Vernet (Université de Paris 1)

14h-14h40 : Henri Médard (Université de Paris 1), Traite et esclavage dans l’Afrique des Grands Lacs
14h40-15h20: Jan Georg Deutsch (Université d’Oxford), Emancipation without Abolition in German East Africa (c.1884-1914)
15h20-15h50 Pause
15h50-16h30 Benedetta Rossi (Université de Liverpool), L’esclavage reconsidéré, trajectoires d’esclaves dans les sociétés ouest-africaines

16h30-17h: débat général

mercredi 7 novembre 2007

La Banque mondiale lance une carte Google

La Banque mondiale lance une carte Google avec une cartographie de données statistiques et projets par pays.

Symposium: "Question touareg : enjeux et avenir ?"

Nous reproduisons ci-dessous un message de Baz Lecocq sur une rencontre d'associations touareg prévue à Paris le 8 décembre 2008.

"Suite à une rencontre d’associations Amazighes, nous avions le plaisir de vous inviter à l’organisation d’un symposium ayant pour thème « Question Touarègue : enjeux et avenir ? ». Cela s'effectuera dans un cadre associatif, en dehors de toute ouvance politique ou militaire (rebellions armées), et permettra de poser le problème touareg sous un angle régional, seule garantie d’une résolution durable des problèmes auxquels sont confrontés les populations Touarègues aussi au Mali qu’au Niger. Ce symposium réunira des personnes-ressources du Niger, Mali et tous les intellectuels qui pourront à cette occasion proposer un cahier de charge en vue d’une future « Conférence internationale sur la question Touarègue ».
Le symposium aura lieu à Paris le samedi 08 décembre, et sera organisé par les associations : Timidiwa, Tamazgha, Aman, Aït, Touaregs Libertés, Imajaghan-media, et toutes les autres qui seront les bienvenues.
Merci de proposer vos idées (baz@lecocq.nl) afin que ce symposium profite au mieux à ce peuple qui est à un tournant particuliers de son Histoire. Merci Kaocen
Pdt Association Imajaghan-media (France)
Membre du comité d’organisation
Baz Lecocq"

lundi 5 novembre 2007

Exposition "Le rituel de la pose" au Musée des Arts derniers

Des clichés, qu'on nous promet inédits, de 7 grands noms de la photographie africaine (Malick Sidibé, Seydou Keita, Jean Depara, Darryl Evans, Calvin Dondo, Sébastien Méhinto dit “Pigeon”, Mamadou Konate) sont encore visibles, jusqu'à la fin du mois, 28 rue Saint-Gilles à Paris. Pour ceux qui resteraient à convaincre, on peut lire l'argumentaire savant et convaincant d'Olivier Sultan.

Sortie d'une biographie de Joseph Ki-Zerbo

Florian Pajot, doctorant à l'IEP de Bordeaux, vient de publier son premier travail de recherche effectué à Toulouse-Le Mirail sous la direction de Sophie Dulucq. L'auteur nous rappelle que Ki-Zerbo, décédé le 4 décembre 2006 à Ouagadougou à l’âge de 84 ans, était non seulement un grand historien mais aussi un témoin lucide et engagé.

mercredi 31 octobre 2007

Archives du KGB : A quand l'Afrique ?

Depuis les années 1990, certaines agences internationales de renseignement des pays du Nord ont mis en ligne des archives déclassifiées, en partie ou en totalité, sur des questions précoccupant leurs autorités politiques à un moment donné. On trouve ainsi des documents d'archive de la CIA du FBI (USA) et depuis peu du KGB (ex-URSS). La CIA fait accéder à des archives concernant notamment la lutte contre le communisme en Afrique. Quant au KGB, les donnés disponibles portent sur ses anciens satellites européens. Ainsi, le Centre lituanien sur le génocide et la résistance vient de mettre en ligne les archives du KGB concernant les pays baltes de 1944 à 1991. Avec le KGB, on ne dispose donc pas encore de sources en ligne sur l'Afrique. Espérons que cela soit le cas bientôt... Car nombre de pays africains ont entretenu des relations fortes avec l'URSS des années 1960 aux années 1990, de quoi constituer une histoire commune et peu connue.

samedi 27 octobre 2007

Séminaire sur le Niger

Séminaire de recherche
Populations, territoires et pouvoirs au Niger
Calendrier des séances 2007-2008 :

Les séances auront lieu une fois par mois au centre Malher, salle Person, 2e étage.

- Lundi 12 novembre 2007 17h-19h
Philippe David : Le Niger en transition
En collaboration avec le séminaire Transmission de l'Etat colonial.
Témoignage d’un ancien magistrat colonial ayant servi au Niger de 1960 à 1964.
- Jeudi 22 novembre 16h-18h
Sophie Dulucq : Ecrire l'histoire de l'Afrique de l'Ouest en situation coloniale. Savoirs et réseaux savants en France.
- Mercredi 19 décembre 2007 16h-18h
Jean Hervé Jezequel et Xavier Crombé : Développement ou assistance : les frontières de l'aide et la crise de 2005 au Niger.
- Vendredi 18 janvier 2008 16h-18h
Vincent Bonnecase : Famines et faim ordinaire. Evaluations institutionnelles des niveaux d'alimentation au Niger (1931-1974).
Anne Hugon : Maternité (biologique et sociale) et alimentation : quelques approches historiques en Gold Coast à l'époque coloniale.
- Vendredi 22 février 2008 16h-18h
Alice Gallois : Entre témoignage et discours : l'œuvre ambivalente de Jean Rouch.
Projection.
- Vendredi 14 mars 2008 16h-18h
Pierre Boilley : Rebellions touarègues malienne et nigérienne entre résolution et réactivation.
- Vendredi 4 avril 2008 16h-18h
Vanina Profizi : Niamey village corse, 1958-1960. Le critère régional dans les relations officieuses de l’administration franco-nigérienne pendant la transition vers l’indépendance.

"Les enjeux internationaux" (France Culture)

Plusieurs émissions consacrées à l'Afrique sont encore podcastables sur le site des "enjeux internationaux" (Thierry Garcin, Eric Laurent) :
*L'Afrique du Sud (invité : Philippe Gervais-Lambony), diffusée le 19/07
*Les processus électoraux en Afrique (invité : Atsutsé Kokouvi Agbobli), diffusée le 14/09
*Les législatives au Maroc (invité : Mohamed Benhlal), diffusée le 10/09
*La démocratisation en Afrique (invité : Antoine Glaser), diffusée le 19/07
*Le sommet de l’Union africaine au Ghana (invité : Claude Wauthier), diffusée le 3/07

vendredi 26 octobre 2007

La mort de Lucky Dube

Alors que Bryan Habana et ses coéquipiers fêtent leur victoire et exhibent, dans tout le pays, la coupe du monde de rugby remportée la semaine dernière en France, l'Afrique du Sud reste sous le choc de l'assassinat de la star de reggae Lucky Dube.
L'artiste sud-africain été tué la semaine dernière dans la banlieue de Johannesburg par des voleurs de voiture.
Plusieurs sites retracent sa carrière et rappellent qu'il était le représentant le plus médiatique du reggae et du mouvement rastafari africains:

vendredi 19 octobre 2007

Un paysage scientifique inquiétant se profile...

Sur le site des Assises Ethno (prévus en décembre), on pourra lire plusieurs contributions sur les dangers qui pèsent sur la recherche, surtout en sciences sociales, depuis quelques années voire particulièrement depuis l'élection du nouveau président de la République. Pour paraphraser Henri Audigier (SNCS) : les moyens diminuent, les métiers sont dévalorisés, les "organismes cassés et les structures parcellisées" et enfin une vision "autoritaire et utilitariste de la recherche domine".
Lire également :
*la lettre d'Yves Langevin (président de la Conférence des présidents du Comité national du CNRS)
*les rubriques "tribunes" et "témoignages" du site Sauvons la Recherche (sur les inquiétudes de jeunes chercheurs).

jeudi 18 octobre 2007

Forum de l’éducation et de la recherche face à l’institutionnalisation de la xénophobie

Appel à participation Forum de l’éducation et de la recherche face à l’institutionnalisation de la xénophobie le samedi 10 novembre 2007 (10h00 – 18h00)

Lieu : université Paris 8, amphi X
2, rue de la liberté, 93526 Saint-Denis
Métro ligne 13, station Saint-Denis-Université


Le 27 juin 2007, un Forum-débat sur l’instauration du ministère dit de « l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du co-développement » avait été organisé à l’initiative de plusieurs associations et collectifs.
Ce forum a réuni environ 200 participants. Ils a été convenu qu’une nouvelle assemblée serait organisée à la rentrée 2007 afin de poursuivre les discussions et de constituer un mouvement de l’éducation et de la recherche face à l’institutionnalisation de la xénophobie (intitulé provisoire) comportant trois volets :
- un observatoire scientifique de ce ministère, de l’action publique dans ses domaines de compétences et de ses effets dans la société ;
- un groupe de vigilance sur l’indépendance de l’enseignement et de la recherche ;
- un réseau d’animation des débats publics et de diffusion des connaissances.

Le forum de l’éducation et de la recherche face à l’institutionnalisation de la xénophobie, qui se tiendra le samedi 10 novembre 2007 dans l’amphi X de l’université Paris 8, à Saint-Denis, discutera et décidera des modalités scientifiques et organisationnelles de mise en oeuvre de ce dispositif. Une première réunion rassemblant 70 personnes intéressées par le volet « observatoire » s’est tenue le 17 septembre 2007.

Proposition d’organisation des débats du forum du 10 novembre
1. Désignation des président-e et secrétaires du forum, discussion de l’ordre du jour
2. Objectif globaux et organisation du dispositif
3. Volet « observatoire »
4. Volet « groupe de vigilance »
5. Volet « réseau d’animation des débats et diffusion des connaissances »
6. Comparaisons et collaboration avec des réseaux universitaires à l’étranger
7. Calendrier et programmation du travail
8. Comité scientifique et répartition des fonctions

Rappel - Communiqué du 27 juin 2007
« La centaine de participants au forum sur l’instauration d’un ministère dit de « l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du co-développement » réunis ce mercredi 27 juin 2007, opposés à la création de ce ministère et résolus à résister à ses visées appellent l’ensemble des associations professionnelles et syndicales des enseignants, formateurs, éducateurs et chercheurs, les journalistes de la presse écrite, de la radio et de la télévision, les éditeurs, les revues en sciences humaines et sociales, les organismes de réflexion affiliés à des partis politiques, syndicats et associations à assumer leurs responsabilités sociales et politiques dans un tel contexte historique. Tous sont invités à participer à la mise en place d’un observatoire de ce ministère, de l’action publique dans ses domaines de compétences et de ses effets dans la société. Un premier groupe de travail se réunira dès le début du mois de septembre pour organiser un dispositif d’observation sociologique de ce ministère et de ses effets. En outre, afin de faire face aux orientations annoncées de ce ministère dans le domaine de la culture et de l’éducation, il a été décidé de créer un groupe de vigilance sur l’indépendance de l’enseignement et de la recherche avec pour mission d’examiner et d’évaluer les appels d’offre pour la recherche ainsi que les subventions publiques aux associations et d’assurer une mission de veille en ce qui concerne les programmes et les manuels scolaires. Enfin il a été décidé d’organiser un réseau national de soutien aux réflexions collectives et aux débats publics, nationaux et internationaux, sur les amalgames opposant l’immigration à l’identité nationale et sur l’institutionnalisation du racisme et de la xénophobie. » 27.06.2007-18 h.

Le forum s’était tenu à l’initiative de :

L’Association française des anthropologues, le Réseau thématique 2 « Sociologie des migrations et production de l’altérité » de l’Association française de sociologie, les historiens démissionnaires de la Cité nationale d'histoire de l'immigration, le Réseau scientifique TERRA, l’Association pour la recherche en anthropologie sociale et la Société d’ethnologie française.

Le bulletin africaniste du NESA (Université d'Evora)

Le sociologue et historien Eduardo Medeiros , de l'université d'Evora, propose un très riche bulletin d'information régulièrement mis à jour.

Colloque sur le "Travail forcé en Afrique"

Le IVe colloque sur le "Travail forcé en Afrique - Expériences coloniales comparées" organisé par le CEAUP (José Soares Martins/José Capela, Maciel Morais Santos, Elvira de Azevedo Mea) se tiendra à Porto les 15 et 17 novembre.

mercredi 17 octobre 2007

Séminaire Océan Indien Occidental

Faranirina Rajaonah
organise le séminaire
Océan Indien Occidental
les jeudis de 17h à 19h, salle 184, Université Paris 7, Site Olympiades (M° Olympiades, ligne 14).
Le thème de l'année 2007-2008 est :
"Sociétés et cultures urbaines"


Programme du 1er semestre:

- Jeudi 25 octobre : Travail avec les étudiants de master sur le livre dirigé par B. Calas, De Dar es Salaam à Bongoland. Mutations urbaines en Tanzanie, Karthala, 2006
- Jeudi 8 novembre : Catherine Servan-Schreiber, la ville dans la littérature mauricienne
- Jeudi 15 novembre : Pas de séance. Plusieurs membres du séminaire (F. Rajaonah, D. Bois, D. Nativel) participent au colloque sur Colonisations et Répressions, XIX°-XX° siècles (au SEDET)
- Jeudi 22 novembre : Sophie Blanchy, citoyenneté et matrilinéarité à Moroni
- Jeudi 29 novembre : Ludovic Gandelot, les villes du Cutch et du Khatiawar au XXe siècle
- Jeudi 6 décembre : Marianne Morange, Mandela City
- Jeudi 13 décembre : Denis Gay, les Indiens Bohras de Madagascar

Conférence et débat sur le Darfour

Une conférence-débat et une exposition sur le Darfour sont organisées par le géographe Eric Denis (CNRS/SEDET) et le photographe Claude Iverné au SEDET le 24 octobre 2007 (et jusqu'au 2 novembre pour l'exposition) à l'Université Paris 7, Site Olympiades (M° Olympiades, ligne 14).

Limites du politique, Politiques des limites

Le séminaire collectif : "Les limites du politique, Politiques des limites" reprend son cours le lundi 12 novembre de 13h à 15h à l'Ecole des Hautes études en Sciences Sociales, 96, boulevard Raspail, 75006 Paris, salle M. et D. Lombard.
Organisateurs : Michel Agier, directeur d’études EHESS, Jean-François Bayart, directeur de recherche CNRS, Rémy Bazenguissa-Ganga, maître de conférences Lille 1, Romain Bertrand, directeur de recherche FNSP, Christine Deslaurier, chargée de recherche IRD, Béatrice Hibou, chargée de recherche CNRS, Jean-Pierre Warnier, professeur émérite.
Programme du Lundi 12 novembre, 13h-15h :
"Entre guerre et paix : parcours combattants", avec Richard Banégas, Marielle Debos, Nadège Degremont et Sandrine Perrot.

jeudi 11 octobre 2007

"la production socio-historique du territoire"

La production socio-politique du territoire dans les situations de « non-centralité ». Etudes de cas dans les sociétés du Sud. Approches historiques et anthropologiques

Journée d’Etudes organisée par le laboratoire SEDET le 16 octobre à l’Université Paris Diderot-Paris VII


59, Rue Nationale – Immeuble Montréal
Salle des Thèses - 2ème étage
Métro Olympiades – Bus 62-64-83 (arrêt Tolbiac Baudricourt)

10h -12h30
Intervenants :
Alain Forest (Professeur-SEDET) : Perte du territoire et “sentiment” d’infériorité : le cas cambodgien
Olga Alexeeva (doctorante-SEDET) : Les migrations chinoises et les questions territoriales dans l’Extrême Orient russe au tournant du XIXème siècle
Rafael Soares Gonzalves (doctorant-SEDET) : Le droit, la politique du logement et l’accès à la centralité urbaine. La construction juridique des favelas comme des territoires spécifiques à Rio de Janeiro
May Maalouf Monneau (doctorante-Paris II): Jérusalem-Est 1967-2007 : une ville-frontière ?
Discutant : Bernard Botiveau, directeur de recherche au CNRS-IREMAM
12h30-14h00 Pause déjeuner/buffet
14h-15h30
Intervenants :
Séverine Awenengo Dalberto (chercheur associé au SEDET) : Productions territoriales et communautaires dans les espaces casamançais au cours des 19è-21è siècles : analyse des dynamiques politiques et sociaux de la fabrique d’une localité
Aurélia Michel (chercheur associé au SEDET) : La fonction du territoire dans la construction de la communauté politique, cas dans le sud-est mexicain
Discutant : Nicolas Bautes, Maître de Conférence en géographie à l’Université de Caen

15h30-18h
Intervenants :
Faranirina Rajaonah (Professeur-SEDET) : Un territoire des Mascaraignes ? L’improbable centralité de la Grande Ile en situation post-coloniale
Dominique Bois (Chercheur associé au SEDET) : Organisation de l’espace et réseau de circulation dans un espace périphérique : le nord de Madagascar et les Comores
Marie-Pierre Ballarin (Chargé de recherches-IRD) : Le territoire des rois sakalava et le voyage des tromba dans l’espace de l’Océan Indien Occidental (19°-20° siècles)
Didier Nativel (Chercheur associé au SEDET): Emergence de quartiers et affirmation d’une identité urbaine dans des contextes coloniaux à Lourenço Marques et Majunga (années 1930-1970)
Samuel Sanchez (doctorant-SEDET) : Système colonial et enjeux de centralités dans le Nord-Ouest de Madagascar (1839-1895)
Discutant : Philippe Beaujard, directeur de recherche au CNRS (sous réserve)

Pour plus d’information appeler le 01.44.27.46.21

mercredi 10 octobre 2007

Manifestations scientifiques en préparation au SEDET (2008-2010)

26 Juin 2008 : Journée d’étude « Jean Suret-Canale »

Le groupe Afrique-Océan Indien du SEDET (CNRS-UMR 7135) organise le 26 juin une journée à la mémoire de Jean Suret-Canale (1921-2007). Pour rendre hommage à celui dont l’apport à la connaissance de l’Afrique a été fondamental (géographe devenant un historien précurseur, militant mais aussi collègue et ami), il est prévu qu’interviennent aussi bien des historiens que des témoins de son parcours, en Guinée, en Algérie ou en France.

Les propositions d’intervention peuvent être envoyées avant le 30 janvier 2008 à Odile Goerg, coordinatrice : o.goerg@free.fr


2 octobre 2008 : Table ronde « Regards sur le NON de la Guinée, octobre 1958 »

Dans la perspective d’une réflexion plus générale sur les indépendances (voir plus bas), une table ronde sera organisée le 2 octobre 2008 (date à confirmer) sur le cas particulier de la Guinée.
Les propositions d’intervention peuvent être envoyées avant le 30 avril 2008 à Odile Goerg et Faranirina Rajaonah, responsables scientifiques sur : colloque-independance-2010.sedet@univ-paris-diderot.fr



Novembre 2008 : Journée d’étude sur les « Coopérants : acteurs et réseaux»
Cette journée sera le prolongement de deux séances du séminaire Groupe Afrique - Océan Indien, animée par Françoise Raison et Françoise Imbs en 2007-08.
Contactez dès à présent : francoiseraison@noos.fr


Novembre 2008 : Journée d’étude sur le thème : « Villes et cultures dans le Sud-ouest de l’Océan indien »
C’est une initiative du SEDET (Faranirina Rajaonah) et des membres de l’Association Internationale d’Histoire de l’Océan Indien (en particulier de Prosper Eve, Université de la Réunion).
Contact : faranirina.rajaonah@univ-paris-diderot.fr


Conférence internationale en mai 2009 :
«La fabrique de l’information et des savoirs en Afrique XIXe-XXIe siècles : passeurs, médias et médiations »

La réflexion portera sur la construction des savoirs (au sens large), sur l’impact des nouvelles médiations sur le flux des informations en Afrique depuis le XIXe siècle et sur leurs conséquences politiques et sociales. Les passeurs, les médias et les formes multiples de médiations seront au coeur des interrogations.
L'appel à contribution sera diffusé sous peu.
Comité d'organisation : Daouda Gary-Tounkara, Didier Nativel, Séverine Awenengo (SEDET - Paris 7), Pascale Barthélémy (SEDET - LARHRA/ENS Lyon) et Jean-Luc Martineau (SEDET - INALCO).



Conférence internationale organisée par le SEDET en 2010 : « Vivre les Indépendances »

Le groupe Afrique-Océan Indien du SEDET débute une réflexion générale sur les indépendances (1960/1962). Celle-ci fera l’objet d’une conférence internationale, « Vivre les Indépendances », prévue pour l’année 2010. Le groupe souhaite que l’accent soit mis sur la perception des événements par les acteurs et les groupes sociaux. Un appel à contribution sera diffusé dans les semaines qui viennent.

Le Coq hardi, Dakar












En forme de petite hommage à Sembene Ousmane, disparu le 9 juin 2007, dans un contexte où le Coq est plus que jamais hardi. L'image est tirée du film Camp de Thiaroye, qui nous dit peut-être plus explicitement qu'Indigènes, la suite de l'histoire : le retour dans les colonies, l'injustice et le racisme vécu de manière encore plus insupportable et, surtout, les massacres (ceux des tirailleurs du camp de Thiaroye, ceux de Sétif en Algérie, ceux de 1947 à Madagascar).
Dans le film, le sergent Diatta (joué par Ibrahim Sane) pense qu'il a des droits. Décembre 1944, il est revenu d'Europe après avoir combattu pour délivrer la France. Mais on s'en fout au Coq hardi, ce bordel de la rue Blanchot à Dakar, en AOF. Cependant, le sergent entre et peut tout de même s'asseoir. Il profite d'un malentendu : on le prend pour un Américain (il en a l'uniforme). Au bar, si un Noir d'AOF est un "bougnoule" en revanche un Noir américain est un "bon client" qui peut payer doubles les consommations. Oui, mais l'honnête Diatta, en bon acculturé, commande un pernod et non un whisky. Etonnement au bar. "Eh oui, un pernod !" confirme Diatta. N'aurait-il pas pu donner le change et se payer leurs têtes ? La sanction est immédiate : dehors ! avant d'être tabassé, une fois éjecté du lupanar, par un Military Police noir qui lui fait bien comprendre qu'il est bien Noir mais pas Américain, malgré son uniforme.

Pour voir le film en ligne (sur Seneweb).

Pour lire une critique récente du film.

Le regard de musiciens mozambicains sur les enfants des rues

Les rappeurs Denny OJ. Shot et N-Star (outre les Etats-unis, l'Afrique du Sud et le kwaito sont très présents dans le quotidien des jeunes de la ville) diffusent leur clip sur les enfants des rues ("as crianças da rua"), sur Youtube. Le clip réalisé par Pipas Forjaz (peut-être lié à l'architecte du même nom ?), donne à voir des images des différents Maputo (celui des grandes avenues de l'ancienne ville européenne, celui des quartiers populaires et périphériques : peut-être Xipamanine et Matola ?). Plusieurs photos, traitant du même thème, sont reprises du travail du père du photo-journalisme mozambicain, Ricardo Rangel.

Les Genios Fidalgos, autres rappeurs de Maputo, sont eux-mêmes issus du monde des enfants des rues. C'est au sein du Centre géré par une ONG néerlandaise, qu'ils ont créé cette formation, aujourd'hui connue dans tout le pays.

Les villes intermédiaires dans le monde arabe

Sous la direction du géographe Sid-Ahmed Souiah (Université de Cergy-Pontoise), les Cahiers n°19 du GREMAMO (Groupe de Recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient, SEDET) aux éditions L'Harmattan, publie une étude sur la place, l'évolution et les mutations des villes intermédiaires du Maghreb et du Machreq. Plusieurs contributions portent sur l'Algérie (Sétif), la Tunisie et le Maroc.

mardi 9 octobre 2007

"Benin, cinq siècles d’art royal"

Du 2 octobre 2007 au 6 janvier 2008, nous allons pouvoir voir au Musée du Quai Branly à Paris une exposition qui a déjà fait fureur à Vienne cet été : "Benin, Kings and Rituals". Elle devient à Paris : "Benin, cinq siècles d’art royal" Il faut s'y précipiter ! Les pièces habituelles et connues sont là (têtes d'oba, plaques de bronze contemporaines des contacts avec les Portugais, tête de léopards ...) mais la nouveauté réside dans la présentation de pièces nouvelles qui renvoient à la civilisation matérielle et dans la cohérence de la présentation (en tout cas à Vienne). Cette mise en perspective historique rompt avec les choix esthétisants habituels du Musée Branly et il faut s'en réjouir car les pièces réunies prennent un sens qu'elles n'ont que rarement dans la plupart des expositions où l’on a déjà pu voir certaines d'entre elles. En outre, on découvre des objets inédits qui donnent à voir la vie dans le royaume yoruba de Benin. Les pièces se suivent en deux temps : celui des vitrines renvoyant à une évolution chronologique (du 15e au 19e) et celui des vitrines thématiques consacrées à la vie de cour, à la vie religieuse, aux pratiques culinaires, à l’herboristerie ... Pour garder à l’ensemble son homogénéité scientifique et artistique, on aurait pu faire l'économie de la dernière "salle" dédiée à l'exploitation commerciale des statues anciennes et des "traditions" mais, après tout, cela participe de la réinvention permanente des "traditions" et constitue un excellent antidote à l'admiration a-critique et aux ratiocinations béates de bien des Occidentaux à propos des "traditions ancestrales" de l’Afrique ! Une exposition où devraient se précipiter Monsieur S. et son porte-plume Monsieur G. pour prendre conscience qu’il y a longtemps que l'Afrique est entrée dans l’Histoire ! Bonne visite à tous !
Jean-Luc Martineau

Manifestations scientifiques diverses

Le site de l'association des africanistes britanniques (l'ASAUK) diffuse l'argumentaire d'une dizaine de colloques internationaux (automne 2007-printemps 2008) portant sur l'Afrique.

Parmi ces derniers :

- Expressions of Traditional Wisdom, Royal Academy for Overseas Sciences, Brussels, Belgium, 27-28 September 2007
- Federalism in Historical Perspective, Historical Society of Nigeria 52nd Annual Congress, Niger Delta University, Wilberforce Island, Bayelsa, Nigeria, 14-17 October 2007
- Peace Leadership: Africa and Her Diaspora, Los Angeles, California, USA, 3-7 October 2007
- 3rd Keffi International Conference on Technology, Knowledge and Environment in Africa, Nasarawa State University, Keffi, Nigeria, 24-27 October 2007
- Cultural Encounters and Historical Practice, Carlsberg Akademi, Copenhagen, Denmark, 7-9 November 2007
- Postcolonial Ghosts, Université Paul Valéry, Montpellier, France, 8-10 November 2007
- African Film Conference, University of Illinois, Urbana-Champaign, USA, 9-10 November 2007
- Africa and the World in the 21st Century: Perspectives on Development, Warsaw, Poland, 9-11 November, 2007
- Spatializing the Missionary Encounter: The Interaction between Missionary Work and Space in Colonial Settings, Katholieke Universiteit Leuven, Belgium, 22-24 November 2007
- Borderlands and Frontiers in Africa, Leuven, Belgium, 22-24 November 2007
- Atlantic Slavery in the Age of Revolution, 1760-1868, Institute for Colonial and Postcolonial Studies and the School of Modern Languages and Cultures University of Leeds, 12-14 December 2007.
- Imagining and Practicing Imperial and Colonial Medicine, 1870-1960, Green College, University of Oxford, 10-12 January 2008
- Wars and Conflicts in Africa, University of Texas at Austin, USA, 28-30 March 2008
- War, Empire and Slavery c. 1790-1820, University of York, 16-18 May 2008

samedi 6 octobre 2007

Création récente du Ziori à Zanzibar

Marie-Pierre Ballarin (IRD), nous signale la mise en place (juillet 2007), du ZIORI (Zanzibar Indian Ocean Research Institute), sous la responsabilité d'Abdul Sheriff.

"Perspectives historiques sur le genre en Afrique"

Odile Goerg a coordonné le dernier numéro des Cahiers du "groupe Afrique" sur le thème du genre. Il s'agit d'un état des lieux des recherches menées sur ce thème à Paris 7 et au SEDET, depuis de nombreuses années.
Sommaire :
Introduction : Odile Goerg (professeure, Paris 7-Diderot, SEDET)
Morale sexuelle et politique coloniale
- Amandine Lauro (doctorante, Université Libre de Bruxelles)
« Anxiétés, critiques et offensives contre les ménagères et le concubinage interracial en situation coloniale : l’exemple du Congo belge (1908-1918) »
- Francis Simonis (HDR, MC université de Provence/CEMAF)
« Le commandant, ses compagnes, son épouse »
- Pascale Barthélémy (MC, ENS-LSH, Lyon) et Jean-Hervé Jézéquel (Emory University, Atlanta)
« Marier les “ demoiselles frigidaires ” et les “ mangeurs de craies ” : l’idéal du ménage lettré et l’administration coloniale en Afrique Occidentale Française (AOF) »
- Violaine Tisseau (doctorante Paris 7-SEDET)
« Les femmes métisses dans les Hautes Terres centrales de Madagascar pendant la période coloniale »
Rapport au corps et représentations
- Marianne Nabaloum (doctorante Paris I/Laval-Québec)
« Genre et société dans la cour royale du Yaadtenga Naaba : corps, identité et territorialité (milieu du XVIe- fin du XXe siècle) »
- Erika Nimis (docteure en histoire Paris I) (post-doctorante à l'université Laval, Québec)
« Médias visuels et constructions des identités féminines. Le cas des étudiantes nigérianes »
- Susann Baller (doctorante, Université Humboldt, Berlin)
« Etre jeune, masculin et sportif. Représentations urbaines de la masculinité au Sénégal »
Politique, mutations des rôles et identités
- Séverine Awenengo Dalberto, (docteure en histoire Paris 7, post-doctorante AUF, SEDET).
« Ethnicité joola et genre. Femmes et constructions identitaires en Casamance au XXe siècle (Sénégal) »
- Céline Pauthier (doctorante Paris 7-SEDET)
« Tous derrière, les femmes devant ! Femmes, représentations sociales et mobilisation politique en Guinée (1945-2006) »
- Odile Chantal Ekindi Chatap (enseignante Université de Yaoundé I, Cameroun)
« Associations et ONG féminines au Cameroun : des partenaires pour le développement ? »- Yves Marguerat
« Les Cendrillons Africaines. Fillettes exploitées, fillettes exclues »

Par ailleurs, le n°6 de Clio (1997), "femmes d'Afrique", est intégralement consultable en ligne.

Mobilités, traces et frontières dans l’Afrique des Grands Lacs, XIIe-XXIe siècle

L'université de Turin et l'université Paris I organisent une conférence sur le thème :
"Mobilités, traces et frontières dans l’Afrique des Grands Lacs, XIIe-XXIe siècle" les 18, 19 et 20 octobre

Localisations :

Jeudi 18 octobre : salle 216 au Panthéon
Université de Paris I Panthéon Sorbonne
12 place du Panthéon Paris 5e
RER B : Luxembourg ou métro St Michel-Cluny la Sorbonne ou Métro Odéon

Vendredi 19 octobre 2007 : Auditorium, rdc
Cnrs -délégation régionale Ile de France Paris A
27 rue Paul Bert 94200 Ivry sur Seine
Métro :ligne 7 Porte de Choisy ou Porte d'Ivry

Samedi 20 octobre : salle 2 au Panthéon
Université de Paris I Panthéon Sorbonne
12 place du Panthéon Paris 5e
RER B : Luxembourg ou métro St Michel-Cluny la Sorbonne ou Métro Odéon


Contacts :
Cecilia Pennacini (cecilia.pennacini@unito.it)
Henri Médard (medard@univ-paris1.fr)

Programme :


Jeudi 18 octobre 2007

Session du matin
Président : Henri Médard (Cemaf-Université Paris I)
11h-11h30

Introduction
Cecilia Pennacini (Université de Turin), Henri Médard (Cemaf-Université de Paris 1)
11h30 – 12.30
Dynamiques des frontières et mobilités urbaines
Claire Médard (IRD): Dynamiques de fronts et de frontières. Frontière internationale, frontières internes, fronts de peuplement et conflits : Le Mont Elgon (Kenya/Ouganda)
Francesco Remotti (Université de Turin): La circulation des capitales dans les anciens royaumes de l’Afrique des Grands Lacs
12h30h – 14h30 Pause repas

Présidente Cecilia Pennacini (Université de Turin)

14h30 -15h30h Frontières et mobilités anciennes
Henri Médard (Cemaf-Université de Paris 1) Le monde et les migrations imaginaires de Kintu, père et premier roi des Baganda
Sylvia Nannyonga-Tamusuza (Université de Makerere) : Female-Men, Male-Women, and Others: Constructing and Negotiating Gender among the Baganda of Uganda
15h30 – 16h Discussion

Vendredi 19 octobre 2007

Session du matin

Président : Thomas Vernet (Université de Paris 1)

10h -11h30 Frontière et colonisation
Jean Pierre Chrétien (Cemaf-CNRS) Le rôle des Rwandais et des Burundais dans la définition de leurs frontières coloniales
Shane Doyle (Université de Leeds): The Lost Counties Dispute: Ethnic Politics in Modern Uganda
10h30 – 11 Pause
11h30-12h30h Frontières, commerce et migrations
Luca Jourdan (Université de Bologne): Les opportunités d'une frontière. Le petit et grand commerce entre le Congo et l'Ouganda
Elisabeth Behlouli (Cemaf-Université de Paris 1) : De la conservation à la frontière : le parc national Queen Elizabeth (Ouganda).
12h30 -14h pause repas

Session de l’après midi
Présidente : Sandrine Perrot (CERI-Sciences Po)

14h- 15h30 Frontières et musiques
Serena Facci (Université de Rome 2): Danses nande 1980-danses konzo 2000: traces d’une frontière politique-culturelle
Vanna Crupi (Université de Rome, La Sapienza): Diffusion and circulation of log xylophones in the African Great Lakes region
Anna Baral (Université de Turin): Political potential and changeability in ganda court music: observations on Albert Ssempeke’s biography, between tradition and transformation.


15h30 -16h pause

16 h-17h Conflits et frontières
Christine Deslaurier (IRD) : Gens de la plaine, gens des collines : les limites socio-politiques du zonage géographique et historique des populations du Sud du Burundi.
Alexandre Hatungimana (Université du Burundi): Guerre au Burundi : mobilité forcée et exode rural.
17h-17h30 discussion
18h00 : Réception (Ivry)

Samedi 20 octobre 2007 le Matin

Président Carlo Carbone (Université de la Calabre)
9h30 -11h La construction des frontières « ethniques » et « raciales »
Léon Saur (Cemaf-Université de Paris 1): La frontière ethnique comme outil de conquête du pouvoir : le cas du Parmehutu
Aude Laroque (Cemaf-Université de Paris 1): Du Rwanda au Burundi : l’ethnie, au cœur des mouvements de populations et des logiques de violence.
Antoine Gorce (Cemaf-Université de Paris 1): Ségrégation raciale et sociabilité interraciale dans l’Ouganda des années 1950

11h-11h30 pause

11h30-12h30 Frontières religieuses
Cecilia Pennacini (Université de Turin): Transcender les frontières : la possession du kubandwa au-delà des limites politiques, culturelles et individuelles
Alessandro Gusman (Université de Turin): Transnational and transgenerational movements of ideas and beliefs. The example of Pentecostalism in Uganda.

12h30 -14h30 pause repas

Session de l’après midi
Président : Alexandre Hatungimana (Université du Burundi)

14h30 – 15h30 Réserves naturelles et frontières
Cristina Zavaroni (Université de Turin): The Rwenzori Mountains National Park (Uganda): a physical boundary in Bakonzo spiritual life.

15h30-16h pause
16h-16h30-Cloture
Camille Lefebvre (Cemaf-Université de Paris 1)
16h30-17h Discussion générale

Appel aux historiens d'Adame Ba Konaré

Nous reproduisons ci-dessous l'appel lancé, le 23 septembre 2007, par l'historienne malienne Adame Ba Konaré, qui a réagi au discours prononcé par le président Sarkozy lors de son voyage à Dakar en juillet 2007. Madame Konaré appelle les historiens africains mais aussi d'ailleurs à réfléchir et à produire des travaux scientifiques en vue d'une publication en 2008.

"Si nous nous taisons, ce sera l'histoire qui nous jugera du haut de son tribunal. Si nous nous taisons, ce sera ne pas faire honneur à la mémoire de tous nos devanciers, parmi lesquels Joseph Ki-Zerbo et Cheikh Anta Diop, qui se sont lancés corps et âme dans la bataille de la réhabilitation de l'histoire africaine.
Le discours du président de la République française, M. Nicolas Sarkozy, lors de sa visite à Dakar le 26 juillet 2007 n'a pas manqué de soulever une vive réprobation dans une large partie de l'opinion africaine, par son ton, par ses références à des poncifs vieux de plus d'un siècle que l'Europe tenait sur l'Afrique avant la colonisation, une Afrique alors méconnue et fantasmatique.
Les poncifs les plus saillants du discours « sarkozien », directement hégéliens mais révolus depuis et qui heurtent le plus l'historien de l'Afrique, proclament, entre autres, ceci : (...) « Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain qui, depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.
Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès.
Dans cet univers où la nature commande tout, l'homme échappe à l'angoisse de l'histoire qui tenaille l'homme moderne mais reste immobile au milieu d'un ordre immuable où tout semble être écrit d'avance.
Jamais l'homme ne s'élance vers l'avenir. Jamais il ne lui vient à l'idée de sortir de la répétition pour s'inventer un destin.
Le problème de l'Afrique et permettez à un ami de l'Afrique de le dire, il est là. Le défi de l'Afrique, c'est d'entrer davantage dans l'histoire. C'est de puiser en elle l'énergie, la force, l'envie, la volonté d'écouter et d'épouser sa propre histoire.
Le problème de l'Afrique, c'est de cesser de toujours répéter, de toujours ressasser, de se libérer du mythe de l'éternel retour, c'est de prendre conscience, que l'âge d'or qu'elle ne cesse de regretter ne viendra pas pour la raison qu'il n'a jamais existé.
Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance.
(...) La réalité de l'Afrique, c'est celle d'un grand continent qui a tout pour réussir et qui ne réussit pas parce qu'il n'arrive pas à se libérer de ses mythes (...) »
Le récent article de M. Jean-Marie Bockel, Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de la Coopération et de la Francophonie, paru dans le journal « Le Figaro » du 4 septembre 2007, qui tente de recadrer le discours du président français, en rajoute au malaise : « l'Afrique interroge, passionne, interpelle. Enfin !
Premier résultat et non des moindres : le continent africain est de nouveau à l'ordre du jour.
Depuis l'intervention du président de la République, l'Afrique est sortie du cénacle des technocrates des « bailleurs de fonds » pour s'inviter à la grande table du débat populaire.
En choisissant à dessein de parler librement, Nicolas Sarkozy a libéré la parole. (...) Prenons acte du retour de l'Afrique dans le débat d'idées ».
De telles déclarations sont révélatrices d'un fait : après plus de cent ans d'histoire partagée avec la France et près de soixante ans de collaboration après les indépendances, l'Afrique se rend compte brutalement que son principal partenaire a d'elle une vision étonnamment statique, alors même que foisonnent depuis maintenant plusieurs décennies, moult écrits et moult débats sur elle et sur son sol.
Face à une telle situation, nous sommes, nous historiens africains, interpellés en premier lieu, car ce sont nous, fondamentalement, qui avons la charge de gérer la mémoire de l'Afrique. Intervenir dans ce débat est un devoir à la fois scientifique et militant pour nous.
Si nous nous taisons, ce sera l'histoire qui nous jugera du haut de son tribunal. Si nous nous taisons, ce sera ne pas faire honneur à la mémoire de tous nos devanciers, parmi lesquels Joseph Ki-Zerbo et Cheikh Anta Diop, qui se sont lancés corps et âme dans la bataille de la réhabilitation de l'histoire africaine.
S'assumer et assumer notre part de responsabilité face à l'histoire, face aux générations montantes, face à la jeunesse, voilà ce que je vous propose, voilà ce que je nous propose. Réfléchissons, échangeons, partageons sur la base du volontarisme, en adoptant une posture scientifique dépouillée de toute émotion, autour des thèmes suivants que nous retenons dans les débats en cours :
- « L'Africain et la reproduction du temps mythique » ;
- « L'Africain et la corruption » ;
- « Ce que la colonisation a apporté à l'Afrique » ;
- « L'Africain et la raison » ;
- « L'Africain et le règne de la nature » ;
- « L'Africain et les droits de l'homme, la démocratie, la liberté et la justice » ;
- « L'Africain et l'enfermement sur soi ».
Je propose que chacun d'entre nous, dans son domaine de compétence académique, produise un article au plus tard pour fin décembre 2007, en introduisant, si nécessaire, des grilles de lecture comparative avec d'autres sociétés pour un raccordement juste et équitable à l'histoire universelle.
Cette liste n'est pas exhaustive. Vous voudrez l'enrichir par de nouvelles propositions. Le recueil, validé par un comité scientifique, fera l'objet d'un ouvrage collectif à paraître courant 2008 et sera versé dans le dossier du partenariat France/Afrique.
Une fois le livre paru, les auteurs, pour ceux qui le désirent, se dissoudront avec moi dans un comité, le Comité de défense de la mémoire de l'Afrique (CMAD). Ce comité, j'entends le lancer et en faire un instrument de veille et de vigilance pour la sauvegarde de la mémoire de l'Afrique. Toute suggestion de votre part sera la bienvenue.
A vous tous qui adhérez à mon projet, et pour toute autre réaction de votre part, vous pouvez me joindre et envoyer vos articles et correspondances au contact suivant : memoireafrique@yahoo.fr"

Des chercheurs se penchent sur les identités nationales d'Etat

Le 25 octobre 2007, l'Association française des anthropologues organise un colloque intitulé "Identités nationales d'Etat" à Paris au siège de l'IRD. (Institut de Recherche pour le Développement, 213 rue La Fayette. 75010 Paris. M° Louis Blanc)

Ce colloque entend alimenter une réflexion comparative sur les formes contemporaines d’identitarisme d’État qui s’observent dans le monde. La situation en France est mise en perspective avec des contextes « lointains » auxquels elle est rarement comparée.
A partir d’enquêtes de terrain, quelles logiques repère-t-on dans les discours et les politiques d’institutionnalisation d’une identité d’État. Sur quels modes s’opèrent ces constructions du nationalisme et de la xénophobie : ethniciste, religieux, « patriotique », moral, idéologique ?
Quels échos ces discours et politiques rencontrent-ils dans les sociétés ? Quelle en est l’efficacité symbolique et pratique ? Dans quelles situations ? Dans quels groupes sociaux ?
Comment l’imaginaire de l’identité nationale s’insère-t-il dans la reconstruction des articulations entre des champs sociaux en mutation, tels le travail, la famille, le politique, le religieux ou d’autres espaces de sociabilité ?
Par cette journée de discussions scientifiques organisée comme chaque année à l'occasion de son assemblée générale, l’AFA souhaite enrichir les connaissances, de manière comparative, sur un phénomène récurrent et saillant du monde contemporain. L’AFA désire ainsi montrer les apports propres de l’anthropologie à la compréhension des sociétés actuelles et mener une réflexion épistémologique collective indispensable sur la nature des connaissances et leur usage social et politique.

Comité d’organisation :
Laurent Bazin (CNRS-CLERSÉ/IRD) — Ghislaine Gallenga (IDEMEC Univ. provence)
Robert Gibb (Univ. Glasgow, GB) — Monique Selim (IRD)

Programme


9h30 : Ouverture par Laurent Bazin (CNRS-CLERSÉ/IRD), président de l’AFA

9h45 : De l’anthropologie de l’autre à une autre anthropologie :
réflexions sur les contributions de l’anthropologie à la production des identités, par Elisabeth Cunin (IRD) et Robert Gibb (Univ. Glasgow, GB)
Autour du n° 110-111 du Journal des anthropologues coordonné par Elisabeth Cunin, (IRD), Valeria Hernandez (IRD), Mauricio Pardo (Institituto colombiano de antropología)

10h00-12h00 A propos de la France. Présidence Michel Agier (IRD/EHESS CEAf)
Jacques Lemière (Univ. Lille 1/CLERSÉ)
De la continuité entre deux prescriptions : de l’ « intégration » à « l’identité nationale »
Evelyne Ribert (IIAC-CETSAH)
Une tendance larvé depuis 20 ans à une certaine « ethnicisation » de l’identité nationale ?
Pierre Piazza (Univ. Cergy-Pontoise)
Enjeux et logiques étatiques d’identification : genèse et essor de la mise en carte policière des nationaux
Giulia Fabbiano (EHESS, CADIS)
Etre harki après les harkas, ou l’institutionnalisation d’une identité d’Etat
Eric Macé (Univ. Paris 3, CADIS)
Représenter la nation. Enjeux de la monstration télévisuelle des différences ethnoraciales
François Masure (ETT-IRIS)
Etat et identité nationale en France : un rapport ambigu. A propos des naturalisés
12h00-12h45 Débats. Présidence Michel Agier

14h00-16h15 Etudes comparatives. Présidence Benoît Fliche (CNRS-EHESS)
Jean-Loup Amselle (EHESS CEAf)
Postcolonialisme et ethnicisation des rapports sociaux
Sarah Andrieu (CEMAf, MMSH Aix-en-Provence)
Burkina Faso : les « cultures » au service de l’identité nationale
Anne Lavanchy (Univ. Neuchatel, Suisse)
Les mères mapuche, une périphérie incontournable du nouvel imaginaire national chilien
Kyungmi Kim (EHESS)
Entreprise d’une « identité nationale » à travers les « femmes coréennes mariées à des étrangers »
Harald Tambs Lyche (Univ. Jules Verne, Amiens)
& Marine Carrin (LISST-Centre d’anthropologie de Toulouse)
A quelle nation se vouer ? Les représentations diversifiées de l’Etat au Sud Kanara, Inde.
Mathieu Claveyrolas (EHESS, CEI)
Les temples de la « Mère Inde », créer le mythe de la nation
Hélène Legeay (CEDEJ)
La citoyenneté égyptienne à l’épreuve de l’identité religieuse nationale
16h15-17h00 Débats. Présidence Benoît Fliche

17h00-17h30 Débat général. Présidence Laurent Bazin (CNRS-CLERSÉ/IRD)

17h30 Cocktail

18h00 Assemblée générale de l’Association française des anthropologues

jeudi 4 octobre 2007

Promédia, éditeur universitaire mozambicain

A côté des presses de l’université Eduardo Mondlane (Livrária Universitaria), l’éditeur Promédia (en partenariat avec la Coopération suisse) offre un aperçu de la recherche en sciences sociales au Mozambique.
Plusieurs ouvrages d’histoire y ont été édités. Deux d’entre eux sont des versions abrégées et traduites en portugais, de thèses soutenues aux Etats-Unis (Benigna Zimba) ou en Grande-Bretagne (Teresa Cruz e Silva). B. Zimba aborde la question du commerce précolonial, d'envergure internationale impliquant le sud de l’actuel Mozambique, sous l’angle du genre. La tâche n’est pas aisée, dans la mesure où les sources ne mentionnent que très peu les femmes. Elles furent cependant des actrices indispensables, bien au-delà de la "sphère privée". Le second ouvrage, s’inscrit dans l'historiographie plus classique du nationalisme africain. On y suit assez précisément le rôle de la mission suisse (en particulier du pasteur A-D. Clerc) dans la formation intellectuelle des nationalistes et en particulier d’Eduardo Mondlane, fondateur du FRELIMO. Ajoutons, que d’autres ouvrages publiés par Promédia, ont été préparés au Mozambique même. Il s’agit d’études plus modestes (équivalents des anciennes maîtrises et DEA) mais constituant souvent de précieuses monographies (sur le monde associatif africain et métis, la radio etc.).

Quelques titres :
- Amândio Didi Munguambe, A música Chope.
- Ana Maria Loforte, Género e poder. Entre os Tsonga de Moçambique.
- Ernesto Barbosa, A radiodifusão em Moçambique. O caso do Radio clube de Moçambique, 1932-1974.
- Luís António Covane, O trabalho migratório e a agricultura no sul de Moçambique (1920-1992).
- Tereza Cruz e Silva, Igrejas protestantes e consciência política no sul de Moçambique: o caso da missão Suiça (1930-1974).
- Aurélio Rocha, Associativismo e nativismo em Moçambique. Contribuição para o estudo das origens do nacionalismo moçambicano (1900-1940).
- Benigna Zimba, Mulheres invisíveis. O género e as políticas comerciais no sul de Moçambique, 1720-1830.

mercredi 3 octobre 2007

"Trésors photographiques de la Société de Géographie" à la BNF (Richelieu)

Certes l'exposition de la BNF nous présente une collection riche et bien mise en valeur. Depuis au moins l’exposition de 1998, nul ne doutait de l'existence des trésors iconographiques (à côté des récits eux-mêmes) de la Société Géographique . Cependant, l’historien reste sur sa faim, rencontrant, pour la énième fois, une exposition sur « l’Autre » à travers le regard occidental. Quid de décennies d’historiographie sur l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine ? Quid de l’appel salvateur de Sanjay Subrahmanyam à « connecter » les histoires - comme le fait par exemple Serge Gruzinski. Peut-on encore se contenter d'une présentation moins orientalisante qu'exotisante ?
En effet, qu’il s’agisse par exemple de la servante esclave de Mogadiscio (la photo est reproduite sur l’affiche de l’exposition) ou du Madagascar de Désiré Charnay (les documents sont en partie consultables sur Gallica), rien ne nous est dit sur l’historicité des sociétés et des espaces captés par les arpenteurs et observateurs européens.

lundi 1 octobre 2007

Sur les bibliothèques congolaises

Parution du livre de C. Cassiau-Haurie et J. Hellemans, Les bibliothèques congolaises : état des lieux, Paris, L'Harmattan, 314 p.

Cet ouvrage fait le bilan de la situation des bibliothèques (scolaires, universitaires; privées, publiques) en République démocratique du Congo. Il aborde aussi le statut, la formation et le profil des bibliothécaires congolais.

En complément, on peut consulter les communications du 18e Colloque international de bibliologie de l'Association internationale de Bibliologie (AIB, dirigée par Jacques Hellemans) et du 1er Colloque congolais de bibliologie du Comité congolais de l’Association Internationale de Bibliologie qui s'est déroulé à Kinshasa en 2004.

N°6 de la revue Tsingy

Le numéro 6 de la revue Tsingy (revue d'histoire et de géographie sur Madagascar et l'océan Indien) vient de paraître.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :
Vincent SCHWEITZER : v.schweitzer@laposte.net
Frédéric GARAN : garan.frederic@moov.mg

dimanche 30 septembre 2007

5ème conférence internationale "Hierarchy and Power in the History of Civilizations" à Moscou (Russie)

Voici l'appel d'un congrès international organisé à Moscou du 16 au 19 juin 2009 :

RUSSIAN ACADEMY OF SCIENCES
INSTITUTE FOR AFRICAN STUDIES
CENTER FOR CIVILIZATIONAL AND REGIONAL STUDIES
30/1 Spiridonovka St., 123001 Moscow, RUSSIA
Tel.: + (7 495) 291 4119; Fax: + (7 495) 202 0786
RUSSIAN STATE UNIVERSITY FOR THE HUMANITIES
SCHOOL OF HISTORY, POLITICAL SCIENCE AND LAW
6, Miusskaya Ploshad' 125267 Moscow, RUSSIA
Tel.: + (7 495) 298 5886; Fax: + (7 495) 298 0345

FIFTH INTERNATIONAL CONFERENCE
"HIERARCHY AND POWER IN THE HISTORY OF CIVILIZATIONS"
June 16-19 2009, Moscow, Russia

FIRST ANNOUNCEMENT AND CALL FOR PANEL PROPOSALS

Center for Civilizational and Regional Studies of the Institute for
African Studies under the Russian Academy of Sciences in co-operation with
the School of History, Political Science and Law of the Russian State
University for the Humanities is organizing in Moscow on June 16-19, 2009
the Fifth International Conference "HIERARCHY AND POWER IN THE HISTORY OF
CIVILIZATIONS".

The aim of the Conference, like that of the four previous ones, is to
bring together the researchers doing the respective problematics in the
whole variety of its contexts, within the framework of different academic
schools and traditions from the positions of a wide range of disciplines:
social anthropology, archaeology, history, political science, sociology,
philosophy, psychology, etc.

The objective of the Conference is to discuss the following issues:
- hierarchical and net structures in the history of cultures and
civilizations;
- civilizational and evolutionary models of socio-political development;
- historical and ethno-cultural variability of the forms of
socio-political organization;
- from simple societies to the world-system: pathways and forms of
political integration;
- socio-political and cultural-mental factors of social transformations;
- cultural and socio-biological foundations of dominance in human societies;
- ideology and legitimation of power in different civilizational contexts;
- cultural models of power's perception in different civilizations;
- violence and non-violence in the history of political institutions;
- access to information as a means of political manipulation and
mobilization;
- power, society, and culture in the era of globalization;
- the study of "hierarchy and power": schools, trends, and methods.
Suggestions for discussion of any other aspects of the general
problematics of the Conference reflected in its title, are also welcomed.

The working languages of the Conference are Russian and English.

The Organizing Committee will be glad to consider any panel proposals
(within 500 words in any of the Conference working languages) which will
be received by February 1, 2008. The information to be submitted alongside
with the proposal, includes the panel convenor´s full name, title,
institutional affiliation, full mail and e-mail addresses, and fax #, as
well names, institutional affiliations, and e-mail addresses of not less
than two other possible participants of the panel, at least one of which
should represent a country other than that of the convenor.

The Organizing Committee will inform the applicants about the results of
their panel proposals´ consideration by February 15, 2008. Besides that,
the Organizing Committee reserves the right to establish invited and / or
free communication panels. It is suggested that each of the panels will
eventually include about a dozen papergivers, and the list of all the
participants is to become known in the beginning of the year 2006 due to
the activities of both the Organizing Committee and panel convenors. None
of the proposals may be accepted or rejected on the basis of its
submitter´s previous academic credentials, ethnic or national origin, sex,
or otherwise, but only on the basis of the proposal´s relevance to and
importance for, the Conference´s general problematics. Proposals
emphasizing theoretical and cross-regional approaches to the "hierarchy
and power" problematics are strongly encouraged. In the case the proposal
is accepted, the Organizing Committee will send you the list of documents
necessary to support your and your panel participants´ visa application
process at the Russian Consulate or Embassy in the respective countries.

The Conference participant´s registration fee is 150 euros (or the
equivalent sum in US dollars or Russian rubles) which includes the visa
application support at the Russian Foreign Ministry,*1 culture program,
Conference Book of Abstracts, reception, coffee-breaks, is to be paid on
the spot upon arrival. The fee for an accompanying person is 70 euros (or
the equivalent sum in US dollars or Russian rubles) includes the visa
application support at the Russian Foreign Ministry and participation in
culture program. The Organizing Committee can assist in accommodation
booking at the hotel of the Russian Academy of Sciences in Downtown
Moscow. The prices for September 2007 are as follows: about 187 euros per
night for a SGL room and 186 euros for a DBL room. Accommodation at the
hotel "Uzkoye" of the Russian Academy of Sciences in a Moscow southern
neighbourhood of is 97 euros per night (SGL room) and 123 euros (DBL
room). Please note that the prices may well be subjected to changes in the
direction of growth. The independent reservation in any other Moscow hotel
well in advance is strongly encouraged; furthermore it can turn out to be
more reasonable. For further information you may consult the Internet
sites: http://moscow-hotels.net and http://all-hotels.ru/moscow/.
http://all-hotels.ru/moscow/. P lease do note that the figures above may
be subjected to some changes due to processes in transnational and
national economy which are obviously out of the Organizing Committee´s
control. If such changes happen, the Organizing Committee will try its
best to inform the Conference participants as soon as possible.

All the correspondence should be sent for the Conference Secretaries, Dr.
Oleg I. Kavykin and Ms. Anastasia A. Banschikova, preferably by e-mail
(conf2009@conf2009.ru), or either by fax (+ 7 495 202 0786), or by
ordinary mail (Center for Civilizational and Regional Studies, Institute
for African Studies, Russian Academy of Sciences, 30/1 Spiridonovka St.,
123001 Moscow, Russia). The telephone number is: + 7 495 291 4119.

samedi 29 septembre 2007

L'Afrique selon DJ Edu

Liste des titres diffusés dans l'émission du Kenyan DJ Edu, African rhythms (BBC, 1Extra), le 27 septembre (encore podcastable) :

Intik (Algeria) - Etait Une Fois L'Algeria (Sony Music)
Kabelo (RSA) - Dubula Dubula (Sheer Sound)
Various Artists (Kenya) - Tatizo (Calif Records)
Bebe Cool ft Sweet Kid (Uganda) - Kibakibi (CDR) -
Migrant Souls (Zimbabwe) - Hey Mama (Pyramid Music)
Estelle (Senegal/UK) - Wait A Minute (Atlantic/Home School Records)
Tinny ft Okyeame Kwame (Ghana) - Krokro No (Zongo Junction Music Ltd)
Salah Edin ft Opgezwolle (Morocco) - Opgeblazen (Top Notch)
Kgb & Kulwa (Tanzania) - Yote Kheri
Kimba Mutanda (Malawi) - Dearest Child (CDR)
Tumi ft KG (RSA) - Bophelo Bame (Sheer/Motif)
2Face (Nigeria) - One Love (Kennis)
Jimmy Jatt ft Mode 9, Elajoe & 2Face (Nigeria) - Stylee (Storm)
2Face (Nigeria) - If Love Is A Crrime (Kennis)
2Face (Nigeria) - African Queen (Kennis) (en direct dans le studio)
Kheti (RSA) - Umqombothi (remix) (Maestro Musik)
Quatro+ (Cape Verde) - Sentimento Pa Bo (Miss Jane)
Blu 3 (Uganda) - Burrn (Fenon)
Wyre (Kenya) - Without You (Homeboyz)
Nigerian Independence MixBanky W (Nigeria) - Ebutemeta (CDR)
Eldee (Nigeria) - Champion (Tryb)
Paul Play (Nigeria) - Angel Of My Life (Playground Ent)
Mr Olu (Nigeria) Yahoozee (Reloaded)
East African Bashment Crew (Kenya/Uganda)-Fire Anthem (CDR)
Alonzo (Gambia)-Africa Unite (Smart Move Records).

NB : DJ Edu passe régulirement les maquettes de jeunes artistes africains qui n'ont pas encore produit de CD.

Programme d'Afrolution 2006 (festival londonien de Hip hop africain).

vendredi 28 septembre 2007

Echos de la recherche dans le monde anglo-saxon

Deux comptes rendus sur des ouvrages traitant de l'Afrique et des rapports entre l'Occident et le Continent sont parus dans le dernier TLS (Times Literary Supplement n°5451, du 21/09) :
- Le 1er, écrit par Douglas Porch (professeur d'histoire militaire et spécialiste de l'histoire contemporaine de la Méditerranée), présente :
*Todd Shepard, The invention of decolonization. The algerian war and the remaking of France, Ithaca, New York, Cornell University Press, 304 p
*Jim House, Neil MacMaster, Paris 1961. Algerians, state terror, and memory, Oxford University Press, 392 p.
Les deux livres traitent moins de l'Algérie que de l'impact politique et culturel de la décolonisation qui aurait créé une brèche dans "l'universalisme" revendiqué par la République.
- le second traite de la question de l'épineuse question de l'aide (par Alex de Waal) :
*Robert Calderisi, The trouble with Africa. Why foreign aid isn't working, Yale University Press, 224 p.
*Roger Riddell, Does foreign aid really work ? Oxford University Press, 448p.
Tout en détaillant l'apport des trois livres, écrits par des chercheurs ou des acteurs de l'aide et qui dressent une liste de dysfonctionnements et proposent des solutions pour y remédier, il rappelle qu'il existe une réflexion intellectuelle en Afrique même sur cette question (depuis le plan de Lagos de 1981). Si le NEPAD, dont l'effet d'entraînement lui semble encore négligeable, ne permet pas d'améliorer le mécanisme des aides internationales, en revanche une légère embellie économique dans certains pays l'empêche de verser dans quelque afro-pessimisme.

Rejet de l'amendement Mariani, mais les inquiétudes demeurent quant au projet de loi

La Commission des lois du Sénat a donc rejeté l'amendement Mariani sur les test ADN dans le cas du regroupement familial. Dont acte.
Sur l'ensemble du projet de loi lui-même, quelques liens utiles :
- un article de Jean-Michel Delarbre de la Ligue des Droits de l'Homme (n°138 de Hommes et Libertés);
- l'analyse proposée par le collectif UCIJ (Uni-e-s contre l'immigration jetable)

*
Sur le versant africain et le contexte européen de la question migratoire :
- Le site Un autre Mali présente l'argumentaire de la rencontre Migrances 2007 (qui sera organisée à Bamako du 10 au 15 décembre) qui défend des "idées et des initiatives pour la dignité des migrants africains contraints à la clandestinité".
- Migreurop informe régulièrement de la situation des clandestins subissant des violences en Afrique (Maroc, Libye etc.) et en Europe (Enclaves de Ceuta et de Melilla, Canaries, Italie etc.).

mercredi 26 septembre 2007

La pétition de Sauvons la Recherche

L'appel de SLR (Sauvons la recherche):

"SLR a lancé hier soir un appel aux parlementaires leur demandant de rejeter l'amendement Mariani concernant l'utilisation de tests génétiques dans le contrôle de l'immigration. L'utilisation inacceptable de cette technique issue de La recherche pour promouvoir une politique dont la conséquence est de réduire le lien de filiation à son versant biologique suscite de nombreuses réactions. Le temps est compté, car le vote aura lieu très vite.Vous pouvez signer cet appel sur le site, et le faire connaître autour de vous. 2000 personnes l'ont déjà signé en 24 heures."

"C'est pas ma faute"




















Détails de la photographie intitulée : "c'est pas ma faute" de Malick Sidibé (exposition "Afriques" de la Fête de l'Humanité, 16/09/2007).

Cette photo a évidemment une résonnance politique forte dans le contexte de la "maîtrise de l'immigration" (sur une critique du lexique politique contemporain se reporter à la LQR dont nous parle Eric Hazan). Mais si la petite fille de la photo de Sidibé semble s'éclipser (par notre faute ?), l'Afrique elle ne peut s'effacer du champ mondial des images. L'Afrique n'est pas seulement le sujet passif de regards extérieurs. Des photographes anonymes ou connus (Sidibé a reçu un Lion d'or à la Biennale de Venise cet été) écrivent aussi l'histoire iconographique du Continent. Le chantier est passionnant et l'on peut se reporter à ce que nous en disent les spécialistes (Erika Nimis et Jean-François Werner, entre autres) qui se sont exprimés, il y a un an, lors de la 1e rencontre du Réseau des Etudes Africaines en France.

Liens utiles

- les expositions en cours ou à venir du Musée des Arts Derniers;

- articles en ligne d'Erika Nimis;

- un compte rendu et un article de Jean-François Werner (IRD);

- la Revue Noire.

- La tribune du site In Visu où s'expriment de jeunes photographes africains et français.

- sur la préparation de la 7e édition des Rencontres Africaines de la Photographie de Bamako (prévue du 23 Novembre au 23 Décembre 2007), voir le site de la Maison Africaine de la Photographie.





mardi 25 septembre 2007

Ouvrage en l'honneur de Jean-Pierre Raison

Les éditions Karthala présenteront le livre :

Les raisons de la géographie dirigé par Frédéric LANDY, Emmanuel LEZY et Sophie MOREAU,
le jeudi 27 septembre au DEFAP (102 boulevard Arago), à 18h30.

lundi 24 septembre 2007

Mobilisation contre la xénophobie d'Etat (suite)

Les 8 historiens qui ont démissionné de la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration par opposition au rapprochement entre "immigration et identité nationale" expliquent leur position sur leur site.
Sur le site du CVUH, le Comité de Vigilance face aux usages publics de l’Histoire, on trouvera une présentation du livre de Gérard Noiriel, A quoi sert l'identité nationale, à paraître le 27 octobre, ainsi que de multiples articles les enjeux mémoriels dans le contexte de l'après 6 mai (cf. la contribution de Sylvie Aprile sur la vision sarkozienne du passé).

Dans sa rubrique "La France, vue d'ailleurs", le Réseau Education Sans Frontières met en ligne une revue de presse internationale (et en particulier des journaux africains) sur la chasse aux sans-papiers.
Quelques liens utiles :
- Rapport 2005 de la CIMADE sur les centres de rétention (ou "camps", la question est posée p. 8);
- site de Migreurop.

Aux mystificateurs

Monstres cyniques en cigare
Véhiculés d’orgies en vols
Et baladant l’égalité dans une cage de fer
Vous prêchiez la tristesse enchaînée à la peur
Le chant mélancolique et le renoncement
Et vos mantes démentes
Précipitant la mort sur chaque été naissant
Inventaient le cauchemar des pas cadencés dans les cirques à nègres
Aujourd’hui vos cités interdites
S’ouvrent en pleurs tardifs en serments solennels
Et vos paroles de sucre inépuisablement rampent
Entre les ruines accumulées
C’est l’heure où vos penseurs soudain pris de douleurs
Accouchent en chœur de l’unité
Et convertissent l’éclair en clinquant monotone
Mais qui cédera à l’invisible torpeur
Aux pièges tissés autour du berceau vermoulu
Qui cédera aux trompettes du baptême
Alors qu’éclatent les cordes au vent dur
Et que meurent les mascarades mordues de roc en roc
Il suffit du frisson du maïs
Du cri de l’arachide martelant la faim nègre
Pour diriger nos pas vers la droite lumière
Et à vos nuits d’alcool à propagande
A vos nuits écrasées de saluts automatiques
A vos nuits de pieux silence et de sermons sans fin
Nous opposons l’hymne aux muscles bandés
Qui salue l’étincelant départ
L’hymne insolite de l’Afrique en haillons
Déchirant les ténèbres établis pour mille ans.

David Diop (1927-1960), in Coups de pilon, Présence africaine, 1e édition 1956.


Pour une analyse éclairante de la démarche de Diop, on peut consulter l'article en ligne
d'Abdellah Hammouti (Ethiopiques, n°76).